Samedi 5 octobre 20h > 2h _Nuit Blanche

 

 

 

 

Mathieu Sanchez & Sébastien Maillet

Quelques jours avant ou après la fin du monde

Vidéo / Voix / Violon

Quelques jours avant ou après la fin du monde révèle des tableaux extatiques, sonores et visuels émergeant du noir ou brûlés dans la lumière, dans lesquels il est question de vie, de mort, de dualité, de désir... DÉVASTATION.
Vers un obscurantisme profond, la performance de Mathieu Sanchez (vidéaste) et de Sébastien Maillet (violoniste multimédia) relate d’un ailleurs où les matières prennent vie autour de présences humaines cristallines. RENAISSANCE. C’est un cheminement, au travers de la peur, à l’aube de l’urgence, c’est une balade, surplombant l’agonie interminable, que plus aucune lumière ne semble pouvoir réchauffer, une attention vers ce vide affamé de beauté, de fulgurance et de mort qu’est demain.
Une programmation conçue en collaboration avec Vision’R Festival.

 

 

Mathieu Sanchez

Performeur vidéo, vidéo-graphiste

Après une licence de physique, puis diplômé de l’ESEC en cinéma et art vidéo, Mathieu Sanchez se voit confier en 1997 par Pierre Bongiovanni, directeur du CICV Pierre Schaeffer, la conception d’une exposition multimédia internationale.
Son travail vidéo s’inscrit rapidement dans l’espace au travers d’installations, mais la rencontre avec le collectif japonais Dumb Type, marque un tournant dans son utilisation du médium image.
En 2000 il crée avec la chorégraphe Sandrine Bonnet le groupe Le Chiendent avec lequel il va pouvoir développer un travail vidéo-graphique basé à la fois sur le live (le temps réel), et sur un travail de tournage et post-production 2D-3D.
Plusieurs créations vont voir le jour au gré de collaborations diverses, Phil Von et Pierre Vildard des Von Magnet, les chercheurs de sons Kélectrique, la chorégraphe Sophie Daviet, le performeur Didier Caléjas, et c’est dans ce contexte scénique et performatif que l’aspect raw live du travail vidéo de Mathieu Sanchez va définitivement émerger.

Site : www.ma-s.me

 

Sébastien Maillet

Violoniste multimédia
Né en 1974.
Vit et travail à Paris.

Après avoir accompagné des musiciens et des artistes de la performance, des arts visuels et des arts plastiques, tour à tour violoniste sur scène et en studio, musicien performeur, compositeur pour l'image, les arts plastiques et le spectacle vivant, Sébastien Maillet continu de développer son art. Se définissant comme Violoniste Multimédia, sa recherche musicale est fondamentalement expérimentale. Elle invite à des réflexions sur les synapses existantes entre la technologie, l’art et la communication. Violoniste performeur et compositeur électroacousticien, Sébastien Maillet est initié à la musique par son grand-père violoniste, Pierre Maillet. Après des études de violon classique au CNR de Créteil, il s'oriente rapidement vers les musiques improvisées que lui enseigne le violoniste Didier Lockwood.
Site : http://www.sebastienmaillet.com/

 


Démarche 

Sébastien Maillet : « En découvrant le travail de Mathieu Sanchez, j'ai tout de suite senti que nous étions dans la même recherche. Je vois la pièce que nous avons conçu comme un théâtre miniature, un monde qui s'anime comme s’il était réel. Il y est question de vie et de mort, d'amour et de solitude, de chaos et de beauté... S'y succèdent de magnifiques tableaux sonores et visuels que l'on voudrait contempler pendant des heures. La main d'une divinité mystérieuse apparaît parfois à l'écran, tandis que, de l'âme d'un violon, naissent les sons des images en gestation. Tout se succède au rythme de la vie, humblement et sans artifice. La nature est présente également. On l'entend, on la voie, on l'imagine... Les artistes sont là, comme des laborantins derrière leurs étranges installations d'où émergent les images et les sons. Parfois on les regarde... Parfois on les oublie...
Nous utilisons les machines pour des traitements en temps réel sur le son (violon) et sur l'image. Parfois nous déclenchons des séquences préprogrammées, mais avant tout, nous tenons à notre rôle « d'artisans de l'instant ». Une caméra, un simple projecteur, un grand écran blanc et un système de diffusion sonore associés à deux laptops et quelques traitements analogiques, nous permettent de restituer ce micro univers.
Ce que nous avons découvert c'est l'importance que nous donnons chacun à l'expérimentation. C'est pourquoi nous avons conçu cette pièce comme une oeuvre mouvante, en perpétuelle évolution, comme une oeuvre vivante... ».

Cependant, ayant grandi entre les « Revox » et autres synthétiseurs analogiques que manipule son père, Sébastien reste plus attaché au « son » qu'à la note et décide d'étudier la musique concrète en compagnie du compositeur et électroacousticien Nicolas Vérin.
Aujourd'hui, Sébastien joue une musique mixte, urbaine, sensible, en évolution constante. Naturellement attiré par les arts visuels et plus particulièrement par la vidéo, qu'il expérimente également, Sébastien conçoit la musique comme un flux en lien étroit avec d'autres types de flux. C'est ainsi qu'il compose la plus part du temps en empruntant les passerelles existantes entre l'image et le son.
Cherchant à développer le concept d'une démarche de création audiovisuelle, mi-écrite, mi-improvisée destinée à être jouée en publique sous la forme d'une oeuvre de proximité itinérante, c'est suite à la rencontre entre l'artiste vidéaste Mathieu Sanchez et le Violoniste électroacousticien Sébastien Maillet que débute l'élaboration de la pièce « Quelques jours avant (ou après) la fin du monde... ».

sanchez-maillet

©DR