Lisa Sartorio

Terrain d'entente

– Performance participative

Le Générateur

Allons lever la lune/Carte blanche à la NoGallery

Samedi 2 octobre /Nuit Blanche de 20h à 3h
Dimanche 3 octobre de 17h à 21h

 

avec : Catherine Zambon, François Lozet, Perrine Griselin, Valérie Deronzier, Gilles Aufray, Marie Delmarès, Julien Duval, Nicolas Senty, Olivier Schneider, Jean Claude Herbette, Jean Yves Berteloot, Geraldine Barbe

 

Putain je t’aime

– Performance participative

SLICK Comtemporary Art Fair
Carte blanche donnée à frasq dans les espaces du Palais de Tokyo et du Musée d’art moderne de la Ville de Paris

Jeudi 21 octobre de 17h à 20h

 

« Mon travail puise dans le déplacement et la durée. La création d’un intervalle, d’une suspension qui dure dans le moment lui-même et rompt avec le cours empirique du temps. Je cherche l’espace du devenir d’un être d’une situation ou d’une oeuvre, à partir d’un réel entreprit comme un espace à fracturer et dans lequel je mets en scène, lentement, le processus de figuration et de transformation, inhérent à l’acte de créer et de penser.
Dans mes travaux, le corps et sa posture  sont une mesure du temps.
Une posture qui serait à la fois le reste des expériences passées comme dans les films d’Antonioni mais aussi l’élément de construction d’une expérimentation à venir. Ce corps mesure transforme l’espace en une distance de séparation qui  transporte, avec elle, l’inévitable question de l’accès à autrui.
Mon travail performatif  absorbe le corps du spectateur. Il l’entreprend, fréquemment, comme un point de connection et fait de son déplacement un processus de mutation. Mes actions inscrivent souvent ce corps dans un rite de passage.  Sa présence ne se limite donc plus à un  regard extérieur, l’œuvre n’est plus seulement, une surface à regarder, mais devient un espace de traversée, un champ d’occupation. »


Lisa Sartorio vit et travaille à Paris.

 

« Putain je t’aime »
Putain je t’aime se construit autour du langage. C’est la mise en place d’un espace de jouissance, où les mots récoltés sur de l’intime, publiquement s’entrechoquent, le temps d’un passage, celui d’un spectateur, puis se taisent dans l’attente du prochain.

 

sartorio-lisa.fr