Kamel Yahiaoui

L’instant du seuil

– Installation

Le Générateur
Allons lever la lune/Carte blanche à la NoGallery

Samedi 2 octobre /Nuit Blanche de 20h à 3h
Dimanche 3 octobre de 17h à 21h

 

« (…) Au-delà, c’est à l’instant même où le visible entier tremble comme mirage au bord de l’imaginaire, sur le point de s’en détacher, que Yahiaoui le surprend. Sa peinture en demeure nimbée d’une aura d’enfance, dans ses fables comme, parfois, ses cauchemars, peut-être quand passent sur la mémoire les nuées sombres d’un temps précipité dans le malheur. Sur ses visages anonymes c’est l’universelle condition de l’homme face au monde et à lui-même qui s’inscrit. Compagnons inconnus, par degrés plus familiers, le regard éveille, apprend à reconnaître des semblables. De quel côté de la paroi le double à ce moment se situe-t-il? En quel sens le passage, une fois encore, sera-t-il, et par qui, franchi? Qui donc entrera dans le rêve, pour finir, de l’autre?


L’exploration, interne, des seuils nombreux que Yahiaoui interroge ainsi dans son travail s’accomplit complémentairement dans le rapport externe que sa peinture entretient avec la réalité. De toute part Yahiaoui l’accompagne hors de ses supports conventionnels, l’engage dans une autre proximité, la fait déborder, investir les objets les plus modestes, hors d’usage, abandonnés en marge de la vie, planche à laver, élément d’appareil ménager, plateaux, tronçons de poutres ou madriers, que ses métamorphoses irréalisent en les illimitant.
La modernité de sa démarche se double ici d’une fidélité profonde à toute une tradition ancestrale d’objets et de murs imprégnés de signes et symboles, qu’il conduit dans l’expansion d’un improbable devenir. Jusqu’où la peinture peut-elle s’étendre? Quelles pourraient être les bornes de ses pouvoirs? Ponctuant, alimentant l’espace quotidien des noyaux, foyers ou repères oniriques qui seuls peuvent l’informer, c’est alors au beau milieu du réel que Kamel Yahiaoui, le faisant émerger, soudainement irradier depuis l’autre versant de l’instant, commence d’installer l’irréel. »


Michel-Georges Bernard

 

Kamel Yahiaoui, artiste plasticien né à Alger vit et travaille à Paris

 

Kamel Yahiaoui