Anna Halprin / Ivola Demange

Samedi 13 octobre > 20h45

Le Générateur

 

Parades and Changes

Performance

 

Parades and Changes est une performance créée en 1965 par Anna Halprin, chorégraphe et pionnière de la "Postmodern Dance". Ivola Demange danseuse, chorégraphe en présente une version interprétée par des étudiants de l’Université Lumière Lyon 2.

 

Parades and Changes s’intègre dans un cycle de performances où est introduit pour la première fois l’essentielle notion de ‘‘tâche’’: c’est par la réalisation par les performeurs d’actions précises, quotidiennes ou abstraites, que la danse prend naissance et sens sur scène.
Parades and Changes célèbre l’être humain, son droit à l’altérité et sa liberté d’exister.
Retour à la simplicité, aux gestes et mouvements naturels, cette pièce essentielles dans l’histoire de la danse fut surnommées cérémonie de confiance par ses premiers spectateurs à Stockhlom en 1965.

 

L’inauguration du Générateur et Nuit Blanche 2006 (Paris) furent l’occasion pour Ivola Demange de recréer cette pièce pour la première fois en France. En ayant travaillé aux cotés de cette grande artiste plusieurs années à San Fransisco, l’empreinte halprinienne est majeure dans son travail. Cette inspiration transparait dans la sensibilité de ses actes artistiques et de son enseignement de la danse qu’elle réalise depuis quelques années à l’Université Lumière Lyon 2. Elle s’est récemment replongée dans la retransmission de Parades and Changes avec un groupe d’étudiants de cette université. Ils nous transmettent et réactualisent sans doute de la façon la plus vivante possible l’héritage culturel d’Anna Halprin.

 

Avec le Dancers’group - étudiants de Lyon 2 : Daniel Acosta, Arnaud Gagnoud , Antoine Carle, Thomas Lavergne, Flavie Haour, Carolina Saletti. Musique originale : Morton Subotnick
Son : Ivana Grahovaç

 

En partenariat avec le Service culturel et le Service des sports de l’Université Lumière Lyon 2.

 

Bio

Anna Halprin

ANNA HALPRIN, PIONNIÈRE DE LA POSTMODERN DANCE
Anna Halprin est née le 13 juillet 1920 à Winnetka, dans l’Illinois et a grandi dans la banlieue de Chicago. Très tôt, sa mère l’inscrit dans des classes de danses ; elle travaille alors la barre fixe dans le style Isadora Duncan, puis prend des cours avec des professeurs de la Denishawn School créée en 1915 par Ruth Saint-Denis et Ted Shawn. Les propositions innovantes de cette école ont participé du développement de la moderne Dance initiée par Martha Graham, Doris Humphrey, Charles Weidman …
De 1938 à 1941, alors que la Modern Dance est en pleine effervescence, Anna Halprin étudie d’une façon aussi pratique que théorique l’improvisation, mais aussi la kinésiologie à l’Université du Wisconsin
Sous la direction de Margaret H’Doubler. Pendant un an, elle pratiquera –fait insolite pour une danseuse– la dissection des cadavres humains, afin d’étudier de façon objective le fonctionnement des muscles et du squelette humain. Elle se marie en 1940 avec Laurence Halprin, architecte et « Land Artist »et rencontre alors les personnalités marquantes du New Bauhaus de Chicago. « S’interroger sur le comment de la réalisation et non sur le pourquoi » est l’un des axiomes prônés par Josef Albers que retiendra Anna Halprin et, après elle, tous les chorégraphes de la Judson Church qu’elle influencera. Lorsqu’en 1942 son mari Lauwrence part à la guerre, Anna se rend à New-York et y rencontre John Cage, Robert Rauschenberg et Merce Cunningham, avec lesquels elle devient amie.
En 1945, elle s’installe avec son mari à Kentfield, près de San Francisco et mènera bientôt ses propres expérimentations sur un plateau de danse en plein air que Lawrence lui a construit en contrebas de leur maison. Jusqu’à ce jour, elle y donnera de nombreuses représentations et y invitera de nombreux artistes d’avant-garde.
D’emblée, Anna refuse l’idée de diriger une compagnie dont elle serait LA chorégraphe, aussi fonde-t-elle en 1949 –dans un esprit démocratique associé à un refus de faire école– la  « Dance Coopérative », qui prendra en 1955 le nom de « San Francisco Dancers’Workshop ». A l’écart de toutes les institutions officielles, elle mènera pendant quatre ou cinq ans –sans jamais se produire en public-, des recherches extrêmes à partir d’intéressantes improvisations. C’est alors qu’elle rompt avec tous les codes habituels : elle quitte la scène du théâtre pour danser sur les chantiers, dans les rues, dans les parkings, elle chausse des baskets aussi bien que des chaussures à talons hauts, et se vêt d’habits de tous les jours…
En 1957, Anna opère une rupture capitale en introduisant la très importante notion de « Tâche ». Elle opère, grâce à ce concept, une révolution douce mais déterminée qui conduit à « regarder le mouvement autrement », de même que John Cage et La Monte Young,chacun à leur manière, désiraient que l’on « écoute le son autrement ». Avec cette nouvelle approche, elle s’arroge le droit de s’intéresser à des activités telles que se laver s’alimenter, se vêtir, se dévêtir…Avec les »Tâches », Anna Halprin interroge la « Modern dance », comme avant elle, Isadora Duncan, Martha Graham, Doris Humphrey avaient interrogé le ballet classique.
En 1959, Simone Forti,-qui travaille avec Anna, John Graham, A.A.Leath depuis 1956- propose à Yvonne Rainer de rallier le studio de recherche, d’Anna Halprin à Kentfield. Trisha Brown est déjà présente. Elles seront bientôt rejointes par Meredith MonkJames Waring,Joséphine Landor, Kei Takei, Soto-Hoffman… Ces moments d’intense travail en commun, seront essentiels pour le devenir et les orientations stylistiques des acteurs de la « Postmoderne Dance ».
En 1972, va débuter une nouvelle phase dans la trajectoire artistique d’Anna Halprin. Atteinte d’un cancer, elle décide alors de renverser la proposition qui la conduisait à dédier sa vie à son art, pour maintenant dédier son art à sa vie. C’’est alors qu’elle commence à travailler avec des personnes atteintes du cancer et du sida.
C’est cette longue fréquentation de la maladie et de la mort qui l’a conduite à réaliser en l’an 2000 une œuvre étonnante et dérangeante : Intensive Care.
Pourtant Anna Halprin précise avec justesse : « Je ne suis pas une thérapeute, je suis simplement une artiste qui aime trouver une issue sociale imaginative. Pour moi l’art c’est ça : amener les choses proposées ou imposées au sein d’un processus créatif ».

* d’après la biographie de Jacqueline Caux « Anna Halprin à l’origine de la performance »,
 Éditions du Panama – 2006

 

Ivola Demange

Ivola Demange est danseuse, chorégraphe et enseignante.
Son parcours de danseuse contemporaine débute à Lyon (Théâtre du Mouvement, Creuset) et se poursuit à l’EDDC (European Dance Developpement Center) aux Pays Bas.
Elle  se rapproche ensuite naturellement du courant post-modern et en particulier du milieu de la performance en extérieur et environnement naturel. Sa collaboration avec le compositeur Edward Schocker, l’emmène à San-Francisco en 1999. C’est là qu’elle est amenée à rencontrer Anna Halprin,. Elle reste à ses cotés pendant 3 ans, s’imprégnant de son enseignement du mouvement et son art de la performance. Elle est membre de sa Cie jusqu'en 2006, faisant partie du noyau dur du groupe de danseurs qui amènera à nouveau Parade & Changes sur la scène de San Francisco en 2000, puis sur celle de Pompidou à Paris en 2004.
Elle est la première danseuse à recréer Parades & Changes pour Nuit Blanche (Paris) et pour l'inauguration du Générateur en octobre 2006. À cette occasion, Anna Halprin lui délègue la direction et la responsabilité artistique de cette pièce.
L’empreinte Halprinienne est majeure dans son travail. Cette inspiration transparaît dans la sensibilité de ses actes artistiques et de son enseignement de la danse. Une approche ou les expériences personnelles de vie de chacun sont la source par excellence du processus d’expression artistique.
Sa recherche artistique s’enracine à travers d’autres pratiques du corps en mouvement. Les rencontres les plus marquantes sont celles avec le Body Weather Lab®, Christine Quoiraud et Oguri, le Contact Impro, Steve Paxton, Nancy Stark-Smith, Karine Nelson, les techniques d’improvisation, Julyen Hamilton, l’Institut de Mouvement Authentique® de Berkeley, la Release technique, Eva Kargzac, Kathleen Hermelsdorf, Joao Da silva, le BMC®, Vera Orlock, Bonnie Bainbridge-Cohen. Ivola enseigne aussi l'Art du Chi® et est praticienne de shiatsu, formée à l'Institut d'acupressure de Berkeley.
Certifiée en STAPS (Éducation Physique et Sportive), elle fait partie depuis 2004 du Service des Sports de l'Université de Lyon2. Elle y enseigne la Danse contemporaine, le Tai chi et le Yoga.
Elle crée l’atelier de recherche chorégraphique et le collectif “Equi”, composé d’étudiants de Lyon2. Ses créations sont présentées chaque année dans un cadre universitaire. Parmi celles ci, “POC! ou Présence Organique sur Campus” et “Danse et Paysage” explore la création artistique en relation à l’environnement extérieur et naturel. Elle guide également depuis 3 ans la Danse Planétaire à Lyon, événement annuel et international basé sur la partition d’Anna Halprin.

Elle collabore avec Anne Expert, Nathalie Chazeau, Emilie Borgo. Plus récemment elle réinvestit sa propre recherche de création en relation avec la musicienne Ivana Grahovaç et l’art visuel et plastique. Elle est l’auteur de duos et solo, dansé en Avignon, France et en Californie.

ivolademange.weebly.com

 

BIO des interprètes

Daniel Acosta

31 ans, étudiant d´LLCE Espagnol à l’Université de Lyon 2. Écrivain et comédien amateur. Danseur de tango. Apprentice de yoga. Voyageur. Mon chemin dans la danse vient juste de commencer. P&C pour moi, est une synthèse des apprentissages que j’ai eu a travers les diverses expériences artistiques et de vie, pour les faire partir plus loin, plus haut et plus à l’intérieur, plus là.

 

Arnaud Gagnoud

20 ans, étudiant en 3ème année de licence Arts du Spectacle - Théâtre à l’Université LYON 2, et souhaitant devenir comédien professionnel. J’ai voulu participer à ce projet pour son histoire, sa force politique et surtout sa puissance esthétique.
Parades & Changes c’est la beauté du corps humain brut, vierge de toute enveloppe synthétique, audelà, la beauté de l’être humain qui habite son corps.


Antoine Carle

Étudiant en art du spectacle et danseur. Mes recherches artistiques en danse, art plastique et théatre m’ont souvent emmené vers des terrains proche de la performance. Ma rencontre avec Ivola Demange en 2010, me permet d’explorer le courant d’Anna Halprin. Je participe en 2010 à « POC ! » et « danse et paysage ».

 

Flavie Haour

18 ans, étudiante en 1ère année de licence de Lettres Modernes et Histoire de l’Art à Lyon 2. J’aime beaucoup la danse contemporaine et participe avec joie et dévouement à cette nouvelle experience de Parades & Changes. Une pièce qui me surprend et m’enchante!

 

Thomas Lavergne

24 ans, travaillant sur le corps, étudiant l’anthropologie du corps, de sa performativité. La performance et la danse représente une facette de sa compréhension.
C’est avec plaisir que je participe cette année à Parades & Changes, permettant sans doute de moins nous étonner pour mieux nous émerveiller.

 

Vitória Cortez Cohn

26 ans, brésilienne, actrice formé par le Célia Helena Teatro-escola (Brésil) et étudiante en Lettres Modernes (Université de São Paulo).

Gabrielle Weisbuch, 26 ans, danseuse en Tango et danses brésilienne,
elle étudie et voyage au fil des rencontres des chorégraphes et musiciens.

Sarah Rigon

18 ans, étudiante en anthropologie, passionnée depuis tres jeune par la danse elle sort juste des jeunes ballets junior.

 

Parades-and-Changes

Anna Halprin - Parades and Changes © Philippe Lenain

Parades-and-Changes

Anna Halprin - Parades and Changes © Philippe Lenain