Lotus Edde-Khouri & Christophe Macé

Lotus Christophe

Lotus Eddé Khouri, danseuse et chorégraphe française d’origine libanaise, vit à Paris. Elle collabore quotidiennement avec les musiciens Jean-Luc Guionnet et Stéphane Rives, le plasticien Christophe Macé et le danseur/chorégraphe Muhanad Rasheed sur des vidéos, performances et spectacles où la danse, toujours réduite à son plus simple appareil, est un support pour se tenir au plus près de ce que l’on croit possible
Elle travaille actuellement sur deux prochaines créations , TOURNURES et La Lenteur des Nus qui seront présentées en 2015,  poursuit le projet Structure-Couple ainsi que sa recherche vers un solo.

« Pratiquement, mon travail est sous-tendu par l’hypothèse d’un continuum entre décision, stratégie d’une part et organique, intuitif d’autre part. La lenteur, comme moyen d’étirer le temps et par ses possibilités multiples, est un outil important. Elle permet de construire un point de vue sur cette continuité en agençant, presque ton sur ton, de petites variations qui, une fois développées, aboutissent à des espaces-temps radicalement différents. La réduction est une base de travail — réduction interne : gestes/mouvements, mise à plat de la narration/du sens et de plus en plus, réduction externe : costumes, décors, lumières. »

www.lotuseddekhouri.com


Sculpteur, Christophe Macé, né en 1967 , vit à Paris et travaille directement avec l’imaginaire des lieux où il expose son travail. Avec la danseuse et chorégraphe Lotus Edde-Khouri, il crée en 2013 « Structure-couple » qui est à l’origine de toute une série de protocoles dansés,  qui rejoignent et affirment encore ses engagements artistiques.

« J’ai quitté les Beaux-Arts de Paris six mois après mon admission, pour cause d’enseignement non opératoire, et une maîtrise en Arts Plastiques obtenue en 1991 (Paris1) a clôturé mon parcours d’étudiant. C’est à ce moment là que j’ai fais la connaissance de Côme Mosta-Heirt, artiste dont je suis devenu l’assistant entre 1990 et 1994, tout en participant à mes premières expositions. J’utilise des matériaux de construction pour leur plasticité et leurs connections directe avec la chair même des lieux d’expositions.  A l’instar du collage et du montage, j’assemble l’incidence artificielle de l’éclairage, la sensualité d’une bâche froissée ou la charge visuelle d’une laque… Au delà de la fabrication d’un objet esthétique, j’utilise les qualités des matériaux comme des principes actifs qui utilisent ou transforment l’espace.

En me préoccupant des incertitudes qui dessinent les abords du réel, je désire aussi amener le corps vers un trouble perceptif, propre à interroger les «allant de soi» qui sont à l’oeuvre dans la fabrication de notre réalité. Je participe aussi depuis peu à d’autres formes de projets. Récemment : conférence-performance (EESI Poitiers 2011), participation à l’activation d’une oeuvre de Clédat/Petitpierre (Fiac 2012/13, Anglet 2013), exposition-performance (La Fonderie, Le Mans 2013 / Le Monty, Anvers 2013). »

www.christof.mace.free.fr