Navigation

FRASQ #10, rencontre de la performance – 6 au 20 octobre 2018

À contre-courant alternatif

Lieu magique où chaque jour la vie est un songe d’une nuit d’été, Le Générateur a maintenant douze ans de courant alternatif au compteur. Black box ouverte à tous les vents de la performance, elle n’est pas dupe et voit venir le moment où elle pourrait se transformer en boîte de nuit - et de Pandore. Un précurseur ne peut pas faire partie de la chaîne qui attache partout où « ça se passe » une pratique dont le propre a toujours été d’être libre. Pour revenir à l’inestimable climat de partage et de gratuité de ses débuts, Le Générateur a chipé les pratiques de l’institution et lancé une opération brainstorming, sauvagement mâtinée de conseil de famille, occasion d’inventer de nouveaux formats dont Show your [frasq], l’extravagant show de la performance. Les temps sont durs dans la société du spectacle : la rançon du succès trébuche davantage qu’elle ne sonne. À poil donc, Le Générateur nous la joue Full Monty Python : tel l’immeuble-vaisseau du Sens de la vie, notre grande maison pas close s’arrache pour affronter la haute mer, et, à défaut d’argent, tout le monde à bord jette la paperasse par les fenêtres. L’indépendance ne s’achète pas. Parce que c’est le geste, unique, fulgurant, qui passionne l’équipage, Le Générateur renouvelle son propre genre en protégeant jalousement son intégrité. Nulle aspiration à décoller pour se perdre ou briller pour de faux. Juste l’amour encore fou de naviguer ensemble pour tout apprendre. C’est donc sur une toute nouvelle coque qu’on lancera les magnums, pour une rentrée qui pétille... Éléonore Espargilière et Anne Dreyfus
 
Depuis 2009, le générateur prend chaque automne de l’ampleur avec [ frasq ], rencontre de la performance. Dédié à la création « sur le fil », aux formes neuves et inventives, aux prises de risque et autres actions scéniques radicales, voire subversives, [ frasq ] est un moment privilégié de partage et de réflexions sur l’art-performance. En réunissant plus de 70 artistes, c’est l’occasion pour Le Générateur de créer des frictions improbables entre disciplines, genres, publics et générations.

[ LES ARTISTES INVITÉS EN 2018]

Séraphine Allouard Julia Bernat, Helena Bittencourt, Margot Blanc, Bernard Bousquet, Christophe Boyer, Mickaël Brand, Claire Bustarret, Florence Casanave, Sonia Codhant, Lila Derridj, Éléonore Didier, Clémence Diény, Claire Doyon, Raphaëlle Doyon, Anne Dreyfus, Julien Dub, Anne-Sarah Faget, Francine Flandrin, Magali Gaudou, Delphine Gildé, Lika Guillemot, Julien Hagenauer, Flore Hejnosz, Antony Hickling, Ismaera Takeo Ishii, Coline Joufflineau, Didier Julius, Cyril Leclerc, Aurore Laloy, Thomas Laroppe, Bertrand Larrieu, Miss LNI, Marin Marie, Mélanie Martinez-Llense, & Claire Lapeyre-Mazerat, Goos Meeuwsen, Julie Mondor, Mathilde Monfreux, David Noir, Ariane Noirot, Blandine Pinon, Stella Rabello, Élizabeth Saint-Jalmes, José Salazar, Mathieu Sanchez, Biño Sauitzvy, Lucìa Soler, Adrien Solis, Alberto Sorbelli, Anna Ten, Sarah Venturi.   Les étudiants de l’Académie Fratellini, de l’université Paris 8 et DE LA NORWEGIAN THEATRE ACADEMY: Alessandro Brizio, Florent Chevalier, Quentin Folcher, Théo Lavanant, Lorette Sauvet, Nino Wassmer, Laurane Wüthrich, Nina Tind Jensen, Livia Hiselius, Jakob Schnak Krog, Ragni Halle, Jay Fiskerstand, Naja Schonemann, Eline Waldeland, Gregers Andreas, Kroksleiven-Hansen, Tova Ekenberg, Simon Zeller, Eun Yong.